BALADE FM

UN NOUVEAU SOUFFLE POUR VOS OREILLES

Ce que les entraîneurs français apprennent à l’étranger

Spread the love

Publié le

Chaque année, les entraîneurs français qui passent leur diplôme doivent réaliser un stage dans un club étranger. Une semaine qui doit leur permettre d’enrichir leur vision du management et leur palette technique. Et qui peut être compliquée à organizer

José Anigo à Chelsea, Lionel Charbonnier à l’AC Milan, François Ciccolini à Bochum… Ce ne sont pas les dernières rumeurs du mercato des entraîneurs mais quelques exemples de stages effectués par les Français à l’étranger. Chaque année, une dizaine d’apprentis s’échappent quelques jours de France pour aller voir ce qui se fait ailleurs. Ce sont les entraîneurs inscrits au BEPF, brevet d’entraîneur professionnel de football délivré par la FFF, dont le programme inclut une semaine d’observation dans une «structure de haut niveau à l’étranger».

Mais à quoi cela peut-il bien servir quand on a au total 955 heures de formation dont des stages dans des clubs français et 360 heures de «mise en situation» ? «Le but premier, c’est qu’ils puissent s’inspirer de ce qui s’y passe en termes de management», expose Patrick Gonfalone, encadrant du BEPF. On est surtout sur une problématique de management de club ; comment on organise son staff, comment on répartit les tâches, les missions, où se situe le technique dans l’organigramme, quel rapport il peut y avoir avec le directeur sportif s’il y en a un, avec le président, etc.»

Updated: June 20, 2017 — 9:46 pm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BALADE FM © 2017 Frontier Theme
Close