En cas de difficulté, priere de telecharger Gratuit Winamp  pour nous ecouter
 Ecouter en directStudio AStudio 2=>

Home

Programmes

Staff

Culture

Liens

Nord-Ouest

  A la Une

Chat

 Couverture

      Contacts

Bienvenue au Mole St Nicolas

MOLE SAINT NICOLAS

BERCEAU DE LA DECOUVERTE

5 décembre 1492

      Le célèbre aventurier Christophe Colomb découvrit Haiti dans la nuit du 5 décembre 1492 et baptisa l'île "Hispaniola" pour "Petite Espagne". Il débarqua sur l'île le 6 décembre au Môle St-Nicolas  ville côtière, Arrondissement de plus de 40 000 habitants aujourd'hui située à 90 kms à l'est de cuba

MÔLE SAINT NICOLAS
1492 (6 décembre) Christophe Colomb découvre l'île "Hayti" et passe la nuit dans la baie qu'il nomme "St Nicolas".
1764 Installation au Môle Saint-Nicolas de ses premiers habitants, les Acadiens, qui fuyaient la proscription anglaise. Français et Anglais y établissent successivement d'importantes fortifications à la fin du XVIIIe siècle, le Môle est alors le théâtre de luttes incessantes entre ces deux puissances pour le contrôle de Saint-Domingue.
1791 C'est dans la rade du Môle que les 300 esclaves, surnommés "Suisses", qui avaient pris les armes avec les affranchis de l'Ouest furent égorgés et jetés à la mer.
1799 Toussaint Louverture rentre au Môle pour mater la ville gagnée à la cause de Rigaud.
1810 (10 juillet) Mort du général Lamarre, héros de la guerre de l'Indépendance, au cours de la lutte opposant la République du Sud au Royaume du Nord.
1887 Le gouvernement du président Salomon signe un contrat avec le comte d'Ockza pour l'établissement d'un câble sous-marin permettant les communications avec l'Europe et l'Amérique.

Basilique du Mole St Nicolas,Haiti

Mole Saint Nicolas, berceau de la decouverte, Carrefour historique de la rencontre entre les civilizations occidentale et ameriendienne a ete pendant longtemps un petit Paradis un joyau de province, une ville ou il fait bon vivre.

C’etait aux 15e et 16e siecles.

Aujourd’hui trainant derriere elle 510 ans d’histoire et d’evangelisation (1492-2002), la chaude terre qui avait fait rever Christophe Colomb et ses compagnons se retrouve dans une situation socio-economique on ne peut plus critique.

Premiere ville a la fin du 15e siecle

Derniere ville  a la fin  du 21e siecle.

Quelle ironie!

Mole Saint Nicolas est meprise, abandonne,oublie. C’est a croire qu’on l’a efface de la carte geographique d’Haiti. Car de gouvernement en gouvernement, il n’y a jamais eu aucun projet de developpement pour la zone.Et pourtant, Mole Saint Nicolas est un monument historique ; le berceau de la rencontre des deux mondes.

SITUATION GEOGRAPHIQUE

Mole Saint Nicolas, situe dans le department du Nord-Ouest est diviser en quatre communes: Mole Saint Nicolas, Baie-de-Henne, Bombardopolis, Jean Rabel; et comprend 17 sections communales. Mole Saint Nicolas se place dans une cuvette qui le protégé des catalysmes naturels, et est separe de l’ile de Cuba par le canal du vent.

SITUATION DEMOGRAPHIQUE

Au Mole Saint Nicolas, la population est estimee a environ 150.000 habitants dont 90.000 sont ages de 18 ans et plus, avec une tres forte couche dans les sections communales. 

SITUATION ECONOMIQUE

La vie economique repose sur la peche “ une peche empirique” et le commerce de charbon de bois, seules sources de revenues pour permettre aux habitants de soutirer un peu d’argent afin de procurer les produits de premieres necessite.Cela explique entre autre les problemes ecologiques graves et la degradation de l’environnement de la zone.Mais, malgre la pauvrete des gens, Mole Saint Nicolas reste  une ville vierge.

EDUCATION ET SANTE

Mole Saint Nicolas,en depit de son effectif important, compte huit ecoles primaries et quatre ecoles secondaires .Une ecole professionnelle.  Rien qu’un pauvre dispensaire, prive de tous les necessaires, pour toute la population.

COMMUNICATION

La distance (Port-au-Prince – Mole Saint Nicolas) est de 262 Km en voiture et 45 minutes en avion. Depuis Gonaives jusqu’au Mole Saint Nicolas, c’est une route en terre battue. Il n’ya pas de transport direct avec Port-au-prince. Un seule camion assure le trajet Mole Saint Nicolas- Gonaives; mais il ne voyage pas tous les jours. La plupart  du temps, les gens se deplacent en voilier.Au Mole Saint Nicolas, il n’ya pas de ligne  telephonique, pas de port commercial, pas de bureau de poste. Ce qui fait que la communication avec l’exterieur est tres difficile.

RELIGION  ET CULTURE

Terre tu es catholique”, avait declare Christophe  Colomb en plantant une croix au Mole Saint Nicolas, le jour de son debarquement en 1492.Mais cela n’a  pas empeche aux cultes reformes de s’implanter dans la zone. Si bien qu’aujourd’hui, on y compte quatres eglises baptistes, deux eglises pentecotistes, une eglise adventiste et une eglise catholique.Le Vaudou y est aussi present; mais advantage dans les sections communales

LOISIRS

Au Mole Saint Nicolas, on  ne peut pas parler de loisirs. Il n’y a pas de salle  de  spectacle; pas de place  publique , pas une statue historique, il  n’y a  meme  pas  d’electricite.                                                             Pas contre, on n’y trouve de superbes plages ou la mer, chantant a toute heure  du jour et de la nuit , fait oublier les vicissitudes de la vie . Et aussi des lieux historiques comme Vallieres, Poudriere, et tant d’autre que l’on prend toujours plaisir a visiter.

 

Môle Saint Nicolas is located in the Peninsula of the Northwest section of Haiti. It is located 50 miles from Baracoa Cuba and 800 miles from Miami. Although the area is very remote, it can be accessed by plane; the landing field has been improved to accommodate 10- to 12-passenger planes (it is a 3-hour flight from Florida). It can also be accessed using 4-wheel drive vehicles (a 7-hour drive from Port-au-Prince) and of course by boat.

The Môle St. Nicolas peninsula is facing the famous Windward Passage, the Gibraltar of the New World that connects North America, Central America, South America and the Caribbean Sea. The Windward Passage is well known for its strong wind, however the beautiful bay of Môle St. Nicolas is well protected and continues to be used as shelter for barges, merchant ships and luxury yachts passing by in hurricane times. Besides the bay, the sandy white beaches are very exquisite and are said to possess medicinal values. The waters in some areas are very deep (more than 700 feet of water between Guantanamo and the windward passage). The many fishing spots and coral reefs create a real paradise for anglers and divers.

In the morning of December 6, 1492, Christopher Columbus called the area "Maravillosa": Wonderful. At the time, 85% percent of the region was covered with dense tropical forests... Now, less than 5% remains wooded. Due to its strategic importance, Môle St. Nicolas and its peninsula have always been the battlefields of colonialist powers, British, French and Spanish. Currently, Uncle Sam is keeping a close eye on that geo-strategical area (31 miles from the Guantanamo base). It also used to be a pirates’ haven; today, it has become a rallying point for refugees launching boats to Florida.

Since 1804, almost every Haïtian government has used Môle St. Nicolas to pursue its own interests in the international market. The town itself is well designed, but the desolation can not be hidden. Approximately 4,000 people live in the city and the majority of them rely on fishing and charcoal activities as means of survival. Potable water is flowing, but electrical power is non-existent. The district of Môle St. Nicolas including Jean Rabel, Bombardopolis, Baie de Henne and other suburbs such as Mare-Rouge, is one of Haiti’s poorest regions.

However, the potentialities for economic development of the northwestern peninsula are widespread:

Vestiges of ancient colonial forts can be found almost everywhere; in Batteries de Vallières, Fort George, St. Charles, La Poudrière, Le Fort Allemand, Les Ramparts, etc. With its breath taking panorama and historic forts, Môle Saint Nicolas would be the perfect place to develop a multi-million dollar Eco-tourism project. Of course, the local environment and infrastructure would need to be greatly improved.

A tourist village with local touch designed to host convalescent European and North American tourists could be built in the area. With the appropriate infrastructure in place, ferry boats could be used to transport tourists from Môle St. Nicolas to the tourist Cuban town of Baracoa; it is only a 1.5-hour trip.

Why not having a National Park in the area??? A reforestation project could be implemented using native plants such as Campèche and imported Neem trees. The land is dry, but an hydraulic distribution system is in place and can be easily expanded.

The peninsula could also be used for the generation of wind energy. It has several elevations facing the windward passage. An average wind speed of 20 miles per hour is common in a regular day.

Baring some improvements, the port (wharf) of St. Nicolas could become a " port de relais" for the merchant boats between the Americas, an open port to the international market. With a meticulous planning emphasizing tourism, environment and light industry, a free zone area could be created...

Other possibilities associated with private investments are related to farming, agro-industry and pisciculture. The area is well known for its fishing potential. Due to its connection to the gulf stream current, the windward passage is a major fish migration route. As reported by local fishermen, this gold mine is currently being exploited by illegal foreign fishing operations that are taking advantage of the lack of Haïtian coastal protection (the coast guard is almost non-existent).

 History and natural beauty are the characteristics of Môle Saint Nicolas, Haiti’s oldest city. However, numerous investment opportunities exist. The local inhabitants would only profit from such economic development; the food crisis and the chronic drought that the far-west is experiencing have become a way of life. Land mismanagement and a lack of technical support from our intellectual elite only add to this state of misery. "Food for work" programs are short-term emergency patch works while the area is in need of lasting solutions. Let’s encourage actions over bureaucracy, more volunteer organizations and real economic investments for a better life. Môle St. Nicolas, as other places in the far-west, could become the turning point for long-term economic development. It is our challenge to make you rediscover that forgotten place of Haiti.

NOTE

Cap du Mole St. Nicolas (?)
Active (?); white light occulting every 3 s. NGA reports a "white tower" without specifying either the height or the focal plane. One would expect a lighthouse at this location, on the extreme northwestern tip of the island facing the Windward Passage. Admiralty J5408; NGA 14230
 
Important Read This:

Frederick Douglass was born into slavery in Maryland. After escaping bondage, he became a leading abolitionist. Following the Civil War he received two diplomatic assignments. In 1871 he served as secretary of a commission sent to Santo Domingo to explore the possibility of annexing that island. More important, in 1889 he became Minister to Haiti and charge d'affaires to Santo Domingo. In this capacity he became involved in an unsuccessful attempt to acquire the Mole St. Nicolas in Haiti as a coaling station. In 1891 Douglass resigned his office after critics alleged that he showed undue regard for the Haitian point of view.

Môle Saint-Nicolas crie sa misère

« Un port, des infrastructures routières », figurent en tête de liste des revendications de la population du Môle Saint-Nicolas qui a accueilli, cette semaine, la 3e caravane des parlementaires.
Arrivés par avion au Môle Saint-Nicolas dans l'après-midi du 5 décembre, la vingtaine de sénateurs et de députés qui a composé la délégation n'a pas caché son indignation face au dénuement de cet arrondissement du département du Nord-Ouest qui avait accueilli Christophe Colomb le 5 décembre 1492. « Il n'y a pas de doute que la situation du Môle fut meilleure lorsque Colomb y débarqua en 1492, a lancé le sénateur Andris Riché lors d'une rencontre dans la soirée du 5 décembre entre les parlementaires et les habitants de la zone. C'est incroyable de voir que 514 ans après, le Môle est privé de tout. »
Le passage des parlementaires dans cette région abandonnée du pays a été l'occasion pour les notables et les citoyens de faire passer leurs revendications. « Isit la nou pap viv, men n'ap vivote, a déploré une jeune dans la trentaine qui a qualifié la visite des parlementaires d'évènement exceptionnel. C'est la première fois que des autorités de Port-au-Prince viennent nous écouter. »
Isolement, dénuement, pauvreté
Môle Saint-Nicolas est privé d'électricité. Certaines rues de l'arrondissement ont été éclairées pour la première fois le 5 décembre dernier à l'occasion des festivités commémorant les 514e anniversaire de la découverte d'Haïti. Cette initiative du 1er Sénateur du Nord-Ouest, Evallière Beauplan, a été chaudement applaudie par toutes les couches de la population. « Quelle merveille ! », a crié un jeune homme en contemplant les ampoules allumées.
            Les habitants du Môle Saint-Nicolas ne disposent d'aucun moyen pour communiquer avec le reste du pays. Les différentes lignes de la TELECO sont en panne depuis plus de quatre ans. Tandis que les compagnies de téléphone privées y sont absentes. Cependant, une lueur d'espoir pointe à l'horizon. Les techniciens de la DIGICEL, a-t-on appris, commencent à installer des antennes dans la zone.
             Môle Saint-Nicolas reste jusqu'ici une zone paisible. Cette paix est loin d'être le résultat du travail des agents de la Police nationale d'Haïti. « Seulement cinq policiers sont attachés à la sécurité des habitants de la commune. Ils ne disposent même pas d'une bicyclette pour se déplacer. Ce qui explique que les sections communales sont livrés à elles-mêmes », a dénoncé Jean Charles Gilbert, le candidat le plus en vue à la mairie du Môle.
En ce qui concerne les soins de santé, la situation est pire. Le Môle Saint-Nicolas a un centre de santé à lits qui existe de nom. Géré par une auxiliaire, ce centre n'est en mesure de soigner que des cas légers. Pour les cas compliqués, les patients sont transférés soit à Bombadopolis, soit à Jean-Rabel. « Faute de moyen de transport, les malades meurent souvent avant d'y arriver », a précisé Duval Gilles, un notable du Môle Saint-Nicolas.
              Le nombre d'enfants du Môle Saint-Nicolas ne fréquentant pas l'école est une source de préoccupation. « Les deux écoles publiques de la commune, un lycée et une école nationale, ne peuvent accueillir qu'un nombre restreint d'élèves », s'est plaint Clermont Incel, un enseignant qui habite depuis cinq ans le Môle Saint-Nicolas. Pour apprendre une profession, les jeunes ont toutes les peines du monde. Car, dans la commune, il n'existe qu'un seul centre professionnel privé.
              Le fonctionnement de la justice au Môle Saint-Nicolas n'est pas trop différent du reste du pays. « Ici, la justice est l'affaire des grands », a déploré un jeune d'une vingtaine d'années.
Un message de réconfort
            Les parlementaires de la 48e législature se sont montrés solidaires des habitants du Môle Saint-Nicolas. « Il est temps que l'Etat haïtien considère le Nord-Ouest comme un département à part entière, a fait remarquer le président du Sénat, Joseph Lambert, après avoir pris note des revendications des citoyens du Môle Saint-Nicolas. C'est triste de constater que le Môle Saint-Nicolas, 514 ans après l'arrivée de Colomb, ne dispose pas même de 15 m de route asphaltée. »
            Le député de Pétion-Ville a, pour sa part, promis de lutter à côté des sénateurs et députés du Nord-Ouest pour forcer l'Etat haïtien à doter le département d'infrastructures routières. Le même engagement a été pris par les autres parlementaires. « Après avoir constaté les conditions déplorables dans lesquelles vous vivez, nous vous promettons que nous allons être vos porte-parole à Port-au-Prince », a indiqué l'un des membres de la délégation.
           Tous les intervenants à la rencontre du 5 décembre ont vanté les potentiels économiques et touristiques du Môle Saint-Nicolas. « Cette commune peut devenir une source de richesses pour le pays si seulement on décide d'y implanter les infrastructures de base », a reconnu le député Levaillant Louis Jeune.
            Les notables et les simples citoyens qui ont participé à la rencontre disent espérer que le passage de la caravane des parlementaires va avoir des retombées positives sur le Môle Saint-Nicolas.
           Après Môle Saint-Nicolas, la caravane devrait toucher Port-de-Paix, chef-lieu du département. Malheureusement, des problèmes d'organisation n'ont pas permis aux parlementaires de rencontrer comme prévu les membres de la population de Port-de-Paix dans l'après-midi du mercredi 6 décembre.
           La caravane des parlementaires doit toucher les 10 départements du pays. Réalisée dans le cadre du 200e anniversaire du Parlement, cette activité doit permettre aux parlementaires de constater les conditions dans lesquelles vit la population haïtienne. Et d'expliquer le rôle du Parlement aux Haïtiens.

Jean Pharès Jérôme
pjerome@lenouvelliste.com